Les principes de sélection du frère Adam de l’abbaye de Buckfast

par | Mai 11, 2018 | L'environnement, La sélection, Présentation de Damien Merit | 0 commentaires

Bonjour

Pour qualifier mes reines, j’annonce qu’elles sont « sélectionnées selon les principes du frère Adam de l’abbaye de Buckfast« . Je voudrai prendre le temps de décrire ces principes de sélection.

Un peu d’histoire :

Au début du siècle dernier, en Angleterre, en 1915, une épidémie d’acariose détruisit toutes les colonies de l’abeille locale anglaise. A une époque ou tous ne juraient que par les races pures, voilà que le frère Adam, apiculteur responsable du rucher de l’abbaye de Buckfast, se rendit compte que les ruches possédant une reine hybride étaient les seules à survivre à cette épidémie. Suite à cet évènement, il est parti à l’encontre de la mentalité de l’époque, persuadé que les abeilles hybrides étaient supérieures aux races pures.

A partir de là, il a cherché à fixer et à stabiliser les caractères qui l’interressait. c’est en 1930 que les caractères furent stable. Le frère Adam venait de créer une nouvelle race d’abeille : l’ abeille Buckfast

Par la suite, il a entreprit plusieurs voyages à travers l’europe à la recherche des meilleures races d’abeilles. Ce qu’il recherchait en réalité, c’était des nouveaux caractères à intégrer à son abeille Buckfast. Il cherchait les meilleures reines des différents écotypes. En effet, les abeilles se sont sélectionnées selon leur environnement et les caractères sont très variables selon les régions.

Mais quels étaient les caractères que le frère Adam voulait intégrer dans l’abeille Buckfast ?

Tout d’abord, frère Adam était un apiculteur et un moine. Il était responsable du rucher de l’abbaye de Buckfast et ses abeilles devaient apporter un revenu. Il a donc recherché des caractères pour que  l’abeille Buckfast soit plus productive : la production de miel, la lenteur à essaimer (une ruche qui essaime produit peu), la fécondité de la reine, la vitalité du couvain et des abeilles, la rusticité pour bien passer l’hiver et la résistance aux maladies. Il a également recherché un confort de travail pour l’apiculteur. C’est pour cela qu’il a inséré dans l’abeille Buckfast la douceur, la tenue au cadre, une faible récolte de propolis et la qualité des constructions des rayons (les ponts de cire entre les cadres font perdre du temps à l’apiculteur pour visiter ses colonies).

Ce qui est très important de comprendre, c’est que le frère Adam recherchait un équilibre entre tous ces critères. Ça ne l’interesse pas d’avoir des colonies qui produisent beaucoup de miel mais qui sont sensible aux maladies. Il préfère des colonies qui font un peu moins de miel mais qui résistent aux maladies.

Le frère Adam est mort en 1996, c’est pour moi une figure apicole qui a transformé l’apiculture d’aujourd’hui.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, des sélectionneurs qui ont connu et qui ont été formés par le frère Adam continuent son travail, selon ses principes. Le plus réputé, c’est Paul Jungels. Il consacre sa vie à la sélection de l’abeille Buckfast. Aujourd’hui, sa priorité est d’intégrer la résistance au varroa à l’abeille Buckfast. Le travail est titanesque, il est aidé par la fondation aristabee research. Jos Guth multiplie les reines sélectionnées par Paul Jungels, c’est de là que provient la base génétique que je propose à la vente.

Frère Adam

Frère Adam

Responsable du rucher de l’abbaye de buckfast, en angleterre, frère Adam consacra sa vie à la sélection de l’abeille Buckfast.

Les qualité des reines sélectionnées par le frère Adam de l'abbaye de Buckfast

Production de miel

R

Vitalité 

R

Douceur

R

Tenue au cadre

R

Hivernage

R

Lenteur à essaimer

R

Résistances aux maladies

R

Fécondité

R

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*